théâtre

de la bastille

Théâtre de la Bastille

REAL MAGIC


18 > 24 SEPT

Avec Jerry Killick, Richard Lowdon et Claire Marshall

théâtre

Spectacle présenté avec le soutien du Festival d'Automne à Paris

La compagnie anglaise Forced Entertainment revient cette année au Théâtre de la Bastille avec Real Magic, un spectacle qui combine son talent pour construire une pièce foisonnante avec une grande économie de moyens, son sens du timing, son engouement à se jouer des conventions et son esprit iconoclaste.

Tout commence par une situation simple conçue selon le principe des jeux télévisés : un présentateur invite un participant à découvrir une énigme, et orchestre le suspense de sa résolution à grand renfort d’effets. Mais d’emblée, la situation revêt une forme d’absurdité : d’une part, la règle est excessivement difficile, puisque le compétiteur doit deviner le mot choisi par un autre « parmi tous les mots de la langue anglaise », d’autre part il n’y a aucun autre enjeu que celui de gagner, enfin lorsque le candidat échoue, le jeu ne s’arrête pas : les trois participants changent de rôle et tout recommence.
La séquence se répète ainsi à l’infini, sur tous les modes, à toutes les vitesses, ponctuée par les rires et les applaudissements enregistrés, habituels dans ce genre de show, et qui viennent ici accentuer l’aspect tragi-comique de la situation.
Le plateau devient alors le lieu d’un chaos de plus en plus délirant, dans lequel les interprètes échangent leurs rôles de plus en plus vite et s’épuisent.
Les costumes se déglinguent, les « participants » arborent des mines tour à tour pathétiques, agitées ou démunies, dans une lutte de plus en plus désespérée pour s’en sortir, entre le burlesque, le cabaret et la stand-up comédie.
Real Magic se révèle pourtant plus retors qu’une simple variation sur les codes et les conventions du jeu télévisé. Car à force de répétition, l’absurde se mue en poésie, et la quête insensée de l’impossible revêt, comme dans Don Quichotte, une forme de panache. En poussant la logique de la règle établie au départ, Real Magic devient la métaphore d’une humanité lancée dans une course folle, pour alimenter sans cesse une machine infernale qui tourne dans une boucle sans fin.
Libre à chacun d’y voir un symbole du spectacle lui-même, de la culture du divertissement, de la folie capitaliste qui a toujours besoin de plus, ou au contraire l'expression d'un principe vital qui consiste à ne jamais renoncer et pousse les individus à toujours retenter leur chance, à toujours s’adapter et chercher à s’en sortir, à déjouer ou casser le piège dans lequel ils se sentent pris.
Laure Dautzenberg

Réalisation +

Spectacle de Forced Entertainment Mise en scène de Tim Etchells Conception et interprétation Jerry Killick, Richard Lowdon et Claire Marshall Avec la contribution de Robin Arthur et Cathy Naden Scénographie Richard Lowdon Lumières Jim Harrison Son Greg Akenhurst et Doug Currie Assistante Anna Krauss Musiques électroniques et montage son John Avery Loops Tim Etchells Production Jim Harrison 'Grave' de Telemann Fantasia Number 1 in B-Flat Major Aisha Orazbayeva



Production Forced Entertainment Coproduction PACT Zollverein (Essen), HAU Hebbel Am Ufer (Berlin), Künsterlhaus Mousonturm (Francfort), Tanzquartier Wien (Vienne), ACCA Attenborough Centre for the Creative Arts, University of Sussex et the Spalding Gray Consortium – On the Boards Seattle, PS122 NYC, Walker Art Center Minneapolis et Warhol Museum Pittsburgh Spectacle présenté en coréalisation avec le Festival d'Automne à Paris
Équipe de création de Forced Entertainment Robin Arthur, Tim Etchells (directeur artistique), Richard Lowodn (scénographe), Claire Marshall, Cathy Naden et Terry O'Connor Directrice exécutive Eileen Evans Directeur de la production Jim Harrison Directrice technique Natalie Simpson Assistant marketing Callum Berrigde Forced Entertainment figure au Portfolio national du Arts Council England